Le corps en mouvement

Il y a mille bonnes façons de bouger... et c'est un mieux-être assuré !

Pourquoi bouger ?

Bouger est important pour tout individu mais s'avère essentiel pour les personnes souffrant de fibromyalgie. Même si celles-ci peuvent avoir tendance à limiter leurs mouvements ou même à cesser toute activité physique, le mouvement déclenchant de la douleur, elles doivent continuer à faire de l'exercice afin d'éviter le déconditionnement des muscles et l'ankylose. L'exercice physique fait partie intégrante du traitement de base de la fibromyalgie. L'organisme produit alors des endorphines, ces hormones qui calment la douleur et procurent un bien-être.

Faire de l'exercice, c'est améliorer sa flexibilité, sa mobilité, son endurance, sa force. C'est aussi augmenter son énergie, diminuer la douleur, réduire la raideur et les symptômes de fibromyalgie et améliorer sa capacité physique et son sommeil. Il est toutefois essentiel de commencer progressivement, avec un programme adapté à sa condition physique personnelle.

S'entraîner ne signifie nullement suer à grosses gouttes et souffrir jusqu'à ce que chacun de ses muscles ou chaque fibre de son corps supplie d'arrêter. Des exercices très doux, à un rythme approprié à chacun, auront un aussi bon impact. De vingt à trente minutes d'exercices, trois fois par semaine, suffisent à maintenir le tonus corporel.

Comment bouger ?

Une activité de groupe oblige la personne à sortir de la maison mais lui permet, en prime, de socialiser avec d'autres. Même si elle a un effet mobilisateur, elle ne convient pas nécessairement à tous. L'activité individuelle, quant à elle, exige une discipline personnelle plus grande mais a l'avantage de pouvoir s'accomplir au moment de son choix. Quelle que soit l'activité physique retenue, il est important qu'elle nous plaise et qu'elle nous permette d'atteindre un but personnel : faire du progrès, se sentir mieux dans son corps, etc. Choisir une activité qui nous fait plaisir facilite aussi la persévérance.

Différentes avenues

Les bienfaits apportés par certains types d'exercices commencent à être documentés. Pourquoi se priver de ce qui apporte autant de bien-être? Le choix est vaste. Il est facile de trouver « chaussure à son pied ».






Différentes pratiques « pour bouger » :

  • L’aquaforme

    L'aquaforme est une activité toute indiquée pour les gens atteints de fibromyalgie parce qu'elle est douce est sans impact. Elle fait travailler le système cardiovasculaire et les muscles s'assouplissent sans risque de blessure simplement avec l'eau qui exerce une résistance sur le corps. La charge sur les articulations est moins grande.

    On recommande particulièrement les exercices en eau chaude pour les personnes fibromyalgiques: la température moyenne recommandée est de 33oC (92oF). Contrairement à l'Europe où des piscines thermales sont présentes dans de nombreuses régions, il est plus difficile d'en trouver au Québec. En Montérégie, ces bassins sont inexistants. Bien que certaines piscines soient maintenues à des températures tournant autour de 27oC (80oF), ça demeure plutôt froid pour les personnes souffrantes.

    Hydrothérapie, balnéothérapie, thalassothérapie, thermalisme, cure thermale sont toutes axées sur l'utilisation externe de l'eau à des fins thérapeutiques. Elles ont pour but d'apporter un soulagement et un bien-être.

    Les exercices d'aquaforme, particulièrement en eau chaude, permettent de soulager la douleur causée par la fibromyalgie et améliorent le sentiment de bien-être. Certaines personnes vont davantage axer leur pratique vers les exercices aérobiques (marcher ou courir dans l'eau), d'autres vont préférer une approche différente.

    Certains kinésiologues offrent aussi des programmes d'exercices très doux, susceptibles d'apporter de multiples bienfaits aux personnes atteintes de fibromyalgie ou de douleur chronique. Qu'elles s'appellent AquaDouceur, AquaThérapie, Aqua Sensation, AquaDos ou AquaMouvance ou thérapie aqua-lymphatique, ce sont toutes des approches intéressantes.


     



  • Le Feldenkrais (prise de conscience par le mouvement)

    La méthode Feldenkrais doit son nom à son créateur, l'ingénieur-physicien Moishe Feldenkrais. Il a développé une approche alliant ses connaissances en génie mécanique, en arts martiaux et en biologie. Sa méthode d'éducation somatique débute d'abord par la conscience de nos habitudes de mouvement et mène à l'utilisation d'un minimum d'effort vers un maximum d'efficacité. Les stratégies utilisées permettent d'explorer le mouvement, de penser, sentir, bouger et imaginer.

    Les leçons, composées de mouvements simples, variés et inhabituels, permettent d'explorer différents mouvements et les sensations qui les accompagnent. Aucun des mouvements ne doit engendrer de douleur. Si c'est le cas, l'exercice doit se poursuivre en imagination. La méthode permettrait :

    • De développer une meilleure perception sensorielle ;
    • D'améliorer sa mobilité et sa flexibilité ;
    • De réduire la douleur ou l'inconfort ;
    • D'accroître l'efficacité de ses mouvements.

    http://feldenkraisqc.ca/



  • La gymnastique holistique et l'antigymnastique

    La gymnastique holistique est une méthode d'éducation corporelle par le mouvement conscient. Elle favorise la détente physique et mentale, redonne mobilité, souplesse et force musculaire, améliore l'équilibre postural, soulage douleurs et malaises. On favorise une respiration libérée et une économie d'énergie.

    C'est une pratique qui s'intègre bien dans la vie quotidienne et qui permet de retrouver le plaisir de bouger. Les mouvements sont pratiqués au sol, debout ou sur une chaise et sont adaptés à la limite de chacun. Différents accessoires sont utilisés – balles, ballons, coussins, bâtons. L'objectif est de prendre conscience de ses tensions musculaires ou de ses inconforts et, tout en s'harmonisant avec sa respiration, d'apprendre à se détendre, à acquérir un meilleur alignement et à corriger de mauvaises postures.

    C'est une détente active en mouvement vers une efficacité agréable. C'est une façon de se mettre en forme ou de maintenir une hygiène corporelle saine et vivifiante.

    L'antigymnastique, tout comme la méthode Mézières, proposent quant à elles, de faire travailler les muscles qui en ont besoin, de retrouver les bonnes postures, de se retrouver soi-même à travers son corps. L'antigymnastique ne cherche pas à enseigner comment respirer : elle veut juste permettre aux muscles qui entravent la respiration de se libérer.


    http://www.gymnastiqueholistique.com/
    http://antigymnastique.com/fr/



  • Le Qi-gong

    Le Qi-gong est un art martial qui signifie «mère de la souffrance chinoise». Il combine méditation, danse, mouvements très lents et exercices de respiration pratiqués de manière douce et détendue. Cette forme traditionnelle d'exercices aide à améliorer l'énergie et diminue la fatigue et la douleur.

    La pratique régulière du Qi-gong vise à assouplir et renforcer la structure musculosquelettique du corps et à optimiser les différentes fonctions de l'organisme afin d'entretenir la santé et promouvoir sa longévité. Elle favorise également la concentration. Pour la pratique du Qi-gong, on utilise :

    • Des mouvements très lents et très diversifiés, ou des enchaînements de mouvements ;
    • Des postures immobiles, tenues un certain temps ;
    • Des ondulations et des étirements ;
    • Des exercices respiratoires grâce à la récitation continue de sons ;
    • Une grande attention mentale ;
    • La visualisation et la méditation.

    http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=qi_gong_th



  • Le Taï Chi

    Cette discipline corporelle d'origine chinoise propose un ensemble de mouvements continus et circulaires exécutés avec précision et lenteur dans un ordre préétabli. Le Taï Chi met l'accent sur la maîtrise de la respiration.

    Sa pratique cherche entre autres à améliorer l'équilibre et la souplesse, à augmenter la capacité aérobique et l'amplitude des mouvements, à réduire les risques de chute, à renforcer le système musculosquelettique, à améliorer le sommeil et maintenir une bonne santé mentale, physique et spirituelle.

    Son côté méditatif et la grande précision des gestes permettent d'apaiser le mental et d'améliorer la concentration, la mémoire et la vivacité d'esprit. Elle pourrait entraîner une meilleure gestion des symptômes de la fibromyalgie et augmenter la qualité de vie.


    http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=tai_ji_quan_th



  • Le yoga thérapeutique

    Le yoga thérapeutique, ou yoga adapté, est une pratique dont le but premier est d'amener doucement les personnes qui souffrent de fibromyalgie à l'écoute et au respect de leur corps et leur être intérieur, c'est-à-dire à apprendre à vivre en harmonie avec la maladie et non contre elle.

    Comme les personnes fibromyalgiques ne peuvent généralement pas pratiquer les postures classiques de yoga qui déclencheraient un processus douloureux mais non inflammatoire, l'enseignement porte davantage sur des exercices dynamiques et fluides. Le souffle associé au mouvement et la conscience des sensations du corps amèneront doucement le participant à l'écoute de son corps et au respect de ses limites.

    Une leçon débute par une légère détente incluant la pratique de la respiration profonde pour relâcher les tensions présentes et amener vers une conscience intérieure. Puis le cours se poursuit avec une période d'exercices, incluant temps d'arrêt, observation ou relaxation entre chaque mouvement afin que chacun puisse bien le comprendre et le ressentir. La séance se termine avec une relaxation guidée. Tout au long du cours, les participants sont invités à respecter leurs limites.